Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Violence dans les établissements scolaires de l'académie : Communiqué de la CGT Educ'action Versailles !

Violence dans les établissements scolaires de l'académie :

Communiqué de la CGT Educ'action Versailles !

Veuillez retrouver en pièce-jointe PDF de cet article, le communiqué envoyé au rectorat et aux collègues des Yvelines :

"La    CGT    Educ’action    Versailles,    à    travers    les    remontées    de    ses    sections    locales,    fait    le    constat    inquiétant    d'un    accroissement    des    faits    de    violence    au    sein    des    établissements    avec    une    acuité    particulière    au    sein    des    lycées    professionnels.  
 
On    relève    notamment    pour    la    période    du    mois    de    Janvier    au    mois    de    Mars que    des    phénomènes    de    violence    se    sont    ainsi    multipliés    dans    nos    établissements    frappant    notamment    le    LP    Adrienne    Bolland    de    POISSY,    où    une    enseignante    d’EPS    a    été    littéralement    molestée    par    un    élève,    le    LP    Jules    Verne    de    SARTROUVILLE,    avec    la    tentative    d’étranglement    d’un    personnel    de    direction    et    plus    récemment    le    LP    Simone    Weil    de    CONFLANS    ST    HONORINE    avec    l’agression    physique    d’une    collègue    de    Lettres-anglais    en    plein    cours.    

En    Essonne    le    LP    Les    Frères    Moreau    de    QUINCY-SOUS-SENART    a    été    le    théâtre    de    la    grave    agression    physique    d’un    collègue    d’EPS    déclenchant    une    mobilisation    forte    dans    l’établissement    afin    d’obtenir    les    moyens    correspondants    aux    besoins    de    l’établissement.    
C'était    également    le    cas    dans    au    moins    deux    des    lycées    d'ARGENTEUIL    avec    la    mise    en    place    d'une    procédure    d'alerte    au    lycée Daubier    conséquence    d'une    tension    continue    dans    l'établissement    et    l'organisation    d'une    journée    banalisée    au    lycée    Jaurès    pour    trouver    des    solutions    à    la    détérioration    du    climat    scolaire. 

Nous    faisons    le    même    constat    pour    le    92    avec    le    LP    Auffray    de    CLICHY,    LP    La    Tournelle    d’ASNIERES    (départ    de    feux),    le    LP    Balavoine    de    COLOMBES    (agressions    verbales    et    physiques)    ou    enfin    le    LP    Painlevé    de    COURBEVOIE    (violences    verbales).    

Il    s'agit    ici    un    relevé    non    exhaustif    de    situations    particulièrement    inquiétantes    notamment    au    sein    des    lycées.    Il    reste    que    ces    actes    traduisent    un    malaise    plus    profond    au    sein    de    L'Ecole    dans    son    ensemble.    Au    collège    comme    dans    le    premier    degré,    cette    dégradation    est    également    perçue    par    les    personnels    dans    leur    ensemble    mais    aussi    par    les    élèves    et    les    parents.    Cela    se    traduit    par    des    faits    de    violence    mais    aussi    la    multiplication    des    incivilités,    les    tensions    dans    les    classes...  
 L'Ecole    n'est    pas    un    sanctuaire    au    sein    de    la    cité    mais    bien    son    reflet.    Elle    n'est    pas    hermétique    à    la    violence    sociale    qui    s'exprime    à    l'heure    actuelle.    Chômage,    précarité,    exclusion,    ghettoïsation    et    discriminations    pénètrent    le    milieu    scolaire    et    induisent    ces    conduites    délinquantes    et    violentes.

Lucides    sur    ce    constat    et    sur    les    enjeux,    bienveillants    dans    leur    pratique,    les    personnels    n’en    demeurent    pas    moins,    pour    beaucoup,    dépassés    et    épuisés    par    la    gestion    de    cette    violence    au    quotidien.    Nous    subissons    depuis    des    années    des    contre-réformes    qui    ne    permettent    pas    de    mettre    en    place    une    Ecole    émancipatrice    et    réellement    égalitaire    telle    que    nous    l'appelons    de    nos    vœux.

La    réforme    des    rythmes    a,    en    effet,    renforcé    les    inégalités    socio-éducatives    à    travers    une    municipalisation    accrue.    
La    réforme    du    collège    ouvre    la    porte    à    une    disparition    du    collège    unique.    Le    nécessaire    travail    de    concertation    entre    les    personnels    des    établissements    n'est    pas    construit    comme    une    décharge    de    service    permettant    de    libérer    du    temps    mais    bien    comme    un    supplément    de    travail    sur    des    collègues    déjà    saturés.    
La    question    de    l'orientation    et    de    l'égalité    des    voies    sont    ensuite    cruciales.    Nous    l'avons    relevé,    de    nombreux    actes    de    violence    ont    eu    lieu    au    sein    de    lycées    professionnels.    Cela    traduit    le    tri    social    effectué    à    la    sortie    de    la    troisième.    
Le    lycée    professionnel    qui    subit    la    généralisation    du    «    Bac    Pro    3    ans    »,    l’augmentation    sensible    mais    continue    du    nombre    d’élèves    par    classe    (notamment    en    seconde),    la    diminution    des    moyens    humains    et    matériels    mis    à    disposition    de    l’enseignement    professionnel,    le    déclassement    de    certaines    filières    professionnelles,    les    attaques    répétées    contre    le    statut    de    l’éducation    dite    «    prioritaire    »    au    lycée    est    de    plus    en    plus    perçu    comme    une    voie    de    relégation.    
Comment    comprendre    sinon    l'indicateur    pour    les    collèges    évaluant    positivement    le    pourcentage    d'élèves    s'orientant    en    2nde    général    et    technologique.    Ces    dernières    accueillent,    d'ailleurs,    de    plus    en    plus    des    élèves    orientés    pour    éviter    le    lycée    professionnel    et    qui    décrochent    rapidement.  

Tout    cela    nourrit    le    climat    délétère    qui    s’installe    dans    nos    établissements.    
Nous    ne    pouvons    nous    résoudre    au    silence.    Celui    qui    accepte    le    mal    sans    lutter    contre    lui    coopère    avec    lui.    
C’est    pourquoi    nous    réclamons    depuis    de    nombreuses    années    la    nomination    sur    le    terrain    de    personnels    enseignants,    vie    scolaire,    administratifs,    de    santé    et    sociaux    plus    nombreux    et    mieux    formés,    la    mise    en    place    d’effectifs    allégés    dans    les    classes,    la    multiplicité    des    parcours    en    3    ou    4    ans    lorsque    c’est    nécessaire    en    LP,    l’extension    et    la    pérennisation    du    dispositif    de    l’éducation    prioritaire    aux    lycées…    

Au    niveau    de    notre    académie    nous    demandons    de    mettre    cette    question    à    l’ordre    du    jour    des    discussions.    Nous    demandons    également    au    rectorat    et    aux    Directions    académiques    départementales    d’apporter    tout    le    soutien,    le    suivi    et    la    solidarité    nécessaires    aux    collègues    victimes    de    ces    situations.    Nous    n’oublions    pas    non    plus    que    les    principales    victimes    de    la    violence    dans    les    établissements    sont    les    élèves    eux-mêmes    qui    subissent    de    plus    en    plus    fréquemment    une    violence    sociale    qui    ne    reste    plus    aux    portes    de    l’école."

Tag(s) : #CGT Versailles

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :